salle de classe

Saint-Joseph Education

Saint-Joseph Education veut constituer un réseau d’écoles chrétiennes réunies autour du projet d’éducation intégrale, dont la finalité est d’accompagner chaque élève pour construire un véritable épanouissement. Le défi de ce réseau : réinventer l’éducation chrétienne pour les enfants d’aujourd’hui

  • Il sera notamment constitué d’un centre de formation pour les professeurs, les chefs d'établissement scolaire et les cadres éducatifs.

  • Il aura pour but de développer des écoles, des collèges, des lycées et des formations dans l’enseignement supérieur. 

  • Enfin, en tant que «communauté de développement» pour les professionnels de l’éducation, il accueillera des établissements existants qui pourront être affiliés et rejoindre le réseau notamment en signant la charte de l’éducation intégrale. Un nouveau label d’éducation intégrale «Saint-Joseph Education» voit ainsi le jour.

 
Bibliothèque de l'école

Nos convictions

L'ÉDUCATION DE NOS ENFANTS CONSTITUE NOTRE BIEN COMMUN

Nous sommes partis d’un constat simple : en 2021 il semble assez évident que le système d’éducation français actuel est défaillant et inégalitaire. Face à cette situation nous nous engageons résolument dans une démarche d’innovations éducatives fondées sur les principes de l’éducation intégrale. Dans notre monde en manque de repères, il est nécessaire de proposer aux jeunes des espaces de construction personnelle bienveillants et une formation reposant sur les fondamentaux de la culture. L’urgence est également à la formation de professionnels de l’éducation solides et bien préparés aux défis actuels.

 

Pourquoi saint Joseph ?

LE PATRON DES ÉDUCATEURS CHRÉTIENS

Saint Joseph, père adoptif de Jésus, est la figure de l’éducateur qui s’efface devant la croissance de l’enfant pour l’épanouissement de sa liberté et de son engagement. C’est un modèle de simplicité et de confiance pour les parents et éducateurs.

SaintJoseph_edited.jpg
 
Bibliothèque

Qu'est-ce que l'éducation intégrale ?

L’élève est une personne, ce n’est pas un cerveau avec un cartable. Il convient donc de le considérer dans sa globalité, pour accompagner sa croissance intégrale en vue de son bonheur et de sa fin la plus haute. Son éducation doit viser les cimes dans ses objectifs et développer sa confiance par un accompagnement délicat et bienveillant. 


Les fondements historiques

L’expression éducation intégrale est une déclinaison de L’humanisme intégrale du philosophe Jacques Maritain apprécié par Paul VI. Ce terme fut employé dans l’Église lors du Concile Vatican II dans le décret Gravissimum educationis de 1965. L’idée principale que véhicule cette expression est le caractère holistique de l’éducation chrétienne. En effet, la vision chrétienne de la personne ouvre à l’éducateur un chemin d’unification de la personne et ordonne toute la vie humaine à l’Éternité en Dieu. C’est pourquoi les Pères du Concile ont affirmé que :

« l'éducation véritable doit avoir pour but la formation intégrale de la personne humaine ayant en vue sa fin dernière en même temps que le bien commun de la société, les enfants et les jeunes seront formés de telle façon qu'ils puissent développer harmonieusement leurs dons physiques, moraux et intellectuels, qu'ils acquièrent un sens plus parfait de la responsabilité et un juste usage de la liberté, et qu'ils deviennent capables de participer activement à la vie sociale » (Gravissimum educationis N°1 - 1965 - Concile Vatican II). 


Si l’expression éducation intégrale est nouvelle dans l’histoire de l’éducation chrétienne, elle est en revanche assez ancienne et classique dans sa conception de l’humanité. C’est ainsi que les parents sont considérés, comme toujours dans l’Église, comme les premiers éducateurs de leurs enfants. Les parents doivent donc trouver dans l’Ecole un lieu de coéducation cohérent et un soutien pour leur responsabilité éducative quotidienne. 

 
Salle de classe vide

La démarche de l'éducation intégrale

Comprise ainsi, l’éducation intégrale est une démarche qui coordonne tous les gestes éducatifs à la fin la plus haute de la vie spirituelle de l’homme, en ordonnant tous les actes éducatifs de manière harmonieuse entre corps, cœur et esprit. La charité fraternelle tient une place centrale, comme l’évangile du Christ nous y invite, c’est pourquoi la vie communautaire d’un établissement scolaire chrétien qui revendique l’éducation intégrale se doit d’être ouvert à tous et d’offrir aux élèves des moments de solidarité internes et externes. Cette fraternité dans la vie quotidienne ouvrira des chemins résolument nouveaux non-seulement dans les relations entre élèves, mais aussi dans les relations entre adultes, et entre élèves et adultes. Les professeurs étant considérés comme des éducateurs deviennent alors précepteurs et non pas seulement enseignants de leur discipline. Ils accompagnent les élèves dans leur progression intellectuelle et humaine pour que la croissance soit toujours unifiée et cohérente. Dans un tel modèle éducatif tous les membres de la communauté éducative sont des acteurs de l’éducation et se doivent d’être exemplaires du projet qu’ils servent. 

Dans un établissement qui a pour projet l’éducation intégrale, l’autorité éducative est comprise comme un acte intérieur qui a pour ambition de provoquer une croissance intérieure qui conduit à la liberté. La liberté est le fruit de la formation critique de l’intelligence, d’une solide culture historique et littéraire, d’une formation mathématique et scientifique qui recherche la vérité en évitant le scientisme ou le rationalisme, d’un éveil de la créativité et du don de la grâce de Dieu. Cette liberté a pour but d’aider les enfants à déployer leur personnalité, fruit de leur tempérament et de leur caractère, et à développer leur capacité à penser par eux-mêmes pour être en mesure de répondre à leur vocation. C’est en ce sens que l’apprentissage des vertus permettra d’acquérir le leadership vertueux dont ils auront besoin pour servir au mieux le Bien commun de la société dans laquelle ils seront appelés à s’engager pour y développer une véritable fraternité solidaire. 

De même que l’éducation intégrale suit le chemin d’un ordre naturel, de même il conviendra de penser le rapport à la Création de manière intégrale. C’est ainsi que dans la formation des enfants l’écologie intégrale trouve une place importante pour faire droit aux impératifs de respect de la nature et de la vie humaine dans tous les domaines et à tous les stades. 

En tant qu’elle conduit à l’épanouissement de la personne tout entière, et qu’elle ne distingue pas l’amour de soi-même, du prochain et de Dieu, le fruit de l’éducation intégrale est la joie.

 

Quels sont les acteurs de l'éducation intégrale ?

Les parents sont les premiers éducateurs des enfants, ils sont les alliés incontournables de l’éducation scolaire. Accompagnons-les, facilitons leur implication, notamment par des temps de formation.


Les professeurs sont en charge de la transmission des savoirs dans leur discipline, ils ne doivent pas devenir des animateurs de séances de découverte. Pensons leur formation initiale et continue en vue de cette transmission, et redonnons à leur métier la grandeur qu’il n’aurait jamais dû perdre. 


Les chefs d’établissement sont les chefs d’orchestre de la communauté éducative, ils ont en charge le Bien commun de l’établissement scolaire, ils connaissent et aiment le projet d’éducation intégrale. Entretenons une relation d’amitié́ professionnelle avec eux pour développer leur enthousiasme et leur professionnalisme dans la mission. 

L’accompagnement pédagogique et managérial est un compagnonnage et non pas une relation d’évaluation-sanction infantilisante. Ayons à cœur de toujours nous demander : dans quelle mesure ce geste éducatif est-il porteur de croissance intégrale pour l’enfant, et donc de joie ? Dans quelle mesure cet acte de management participe-t-il au développement de la liberté d’engagement des adultes auprès de l’enfant ? L’acquisition d’une solide culture générale dépend de la formation littéraire, historique, géographique et scientifique. Ces disciplines sont au fondement du développement de la pensée, de la maîtrise des mots, de la phrase et des repères culturels sans lesquels l’intelligence tourne à vide.